Droit d’entrée
Quelques questions au collectif Droit d'entrée.

Comme beaucoup de monde sur cette liste, j'ai été inscrit récemment dans la liste de discussion coll_droit_d_entree. L'initiative de défendre les doctorants en sciences humaines et sociales me paraît bonne mais dans la mesure où ce groupe se constitue en groupe politique (groupe menant une action politique), je me permets de poser quelques questions à ses organisateurs pour connaître l'extension du groupe, sa motivation, ses buts, son mode de fonctionnement.

1. Le collectif droit d'entrée écrit à la première personne du pluriel, ce qui est assez classique. Mais qui se trouve derrière ce "nous" ? les organisateurs ou les modérateurs de cette liste de discussion ? l'ensemble de la liste de discussion ? une association ? si c'est le cas comment devient-on membre, quelles sont les conditions d'adhésion ? qui sont ces membres ? qui sont ces représentants ? quels sont ces buts ?

2. Le collectif droit d'entrée veut représenter les doctorants en sciences sociales. Quelle définition est donnée aux sciences sociales ? Sociologie seulement? Sociologie - anthropologie - ethnologie ? Sociologie etc., + histoire + sciences politiques ? ... + lettres + philo + langue + géographie + linguistique ? ...+ psychologie ? + droit + sciences économiques ?
En effet dans le texte, tantôt on parle de DS6 et DS7 donc une extension très large des sciences humaines et sociales. Tantôt il est question d'une définition plus restrictive ... sciences sociales = socio + ? anthropo (en tous les cas sans les sciences politiques représentées par leur propre groupe).

3. Sur la CEC. Il me semble abusif de dire que la CEC est un groupe qui représente les doctorants en sciences dures. Il est vrai qu'il y a beaucoup plus de doctorants en sciences dures dans cette organisation, mais ça ne fait pas pour autant de ce groupe le lobbie des doctorants en sciences dures auquel le collectif droit d'entrée devrait faire contrepoids. Il me semble plutôt que la CEC représente essentiellement les doctorants ALLOCATAIRES DE RECHERCHE eventuellement MONITEURS (raison pour laquelle la revendication sur les salaires est pour la CEC au premier plan*). L'information se fait d'ailleurs souvent par les CIES. Il n'est d'ailleurs aucunement surprenant que la CEC soit ouverte aux inscriptions des doctorants en sciences sociales ! Comment pourrait-il en être autrement ?
La question est peut-être de savoir comment faut-il être représenté au sein de cette association ? Sur une base individuelle ? Sur une base régionale, ce qu'on fait les doctorants de nombreuses universités ?
Sur une base d'origine scolaire, comme les polytechniciens ? Sur la base de l'appartenance disciplinaire, et si c'est le cas à quel niveau de détail ? Voire même sur des bases politico-syndicales ?
N'est-ce pas plutôt le moment de casser les cloisonnements disciplinaires (voir le communautarisme), surtout peut-être pour nos disciplines souvent assez autocentrées et qui ont la caractéristique (défaut ou avantage ?) d'entreméler étroitement une vision scientifique du monde et une vision politique du monde.

* La revendication salariale me paraît pour ma part entièrement justifiée. Elle est classique dans le monde du travail : il n'y a pas lieu d'avoir honte de lutter contre "le blocage des salaires" même s'il y a pour des salariés des chômeurs ou pour les doctorants qui ont des allocations, des doctorants sans allocation. Dans la formulation de la CEC, il me paraît regrettable d'avoir comparé le montant de l'alloc exclusivement au SMIC. En effet les différentes revalorisation du SMIC (95 - 97), outre qu'elles ont leurs raisons politiciennes, poursuivent aussi peut-être un but de réduction des inégalités auquel on peut souscrire. Si la politique salariale des différents groupes sociaux est uniquement de conserver le rapport entre les salaires perçus et le SMIC alors toute tentative de réduction des inégalités par relèvement du SMIC est vouée à l'échec.
Le point de comparaison le plus juste est sans aucun doute 1) l'inflation (et éventuellement le taux de croissance moyen des salaires). Il n'est pas acceptable que le gouvernement joue la montre (à l'envers) pour réduire le coût de la recherche et diminuer le niveau de vie des doctorants.
Outre le rattrapage de l'inflation, il me paraît important d'obtenir une requalification de l'allocation en salaire (pour éviter de tomber légalement en-dessous du SMIC, en cas de blocage à venir) et l'indexation de l'allocation (monitorat compris) sur l'indice de la fonction publique. Même si l'évolution de cet indice n'est pas très favorable, c'est mieux que peanuts, et cela obligera un tant soit peu les syndicats de l'éducation à nous représenter même par défaut lors des négociations de la fonction publique.
Je ne sousestime toutefois pas la question du nombre des bourses qui apparaît nettement insuffisant dans nos disciplines, (toutefois il ne s'agit pas de demander démagogiquement une bourse pour tous les étudiants, sachant qu'après il n'y aura pas assez de postes de maîtres de conférences pour tous les accueillir ou bien alors il faudra revendiquer une autre forme d'encadrement à l'université qui conduise à avoir un ratio prof-élèves complètement différent).
Et si l'on touche à la question de l'attribution des bourses, on touche à des questions très épineuses. Il n'est guère sûr même que nous soyons d'accord entre nous.
Sans doute tant qu'on en parle de loin, tout le monde est d'accord pour mettre en avant la qualité du projet scientifique. Mais dès qu'il s'agit de spécifier et de détailler la qualité, là tout devient plus obscur.
Quant à la procédure... Que dire par exemple, de l'attribution des bourses selon deux filières séparées, normalien, non-normalien ? Que dire par exemple, du rôle prépondérant mais officieux que joue l'agrégation dans l'attribution des bourses de thèse dans certaines disciplines, comme les lettres, histoire, philosophie ?
Que dire de la constitution progressive, depuis une quinzaine d'années, d'une voie royale vers le poste en université, Prépa-ENS- Double Licence éco-socio - Agrég Sces Sociales - Bourse AMN - MC, qui pourrait bien devenir (avec le gonflement du nombre de personnes ayant ce parcours, et au fur et à mesure qu'ils occuppent des positions de recrutement) le parcours obligatoire dans nos disciplines ?

A ces questions les réponses ne sont pas simples...



Actualités   


Warning: main(http://droit.dentree.free.fr/hopactualites.php) [function.main]: failed to open stream: Network is unreachable in /mnt/100/sda/3/1/droit.dentree/hopbas.php on line 35

Warning: main() [function.include]: Failed opening 'http://droit.dentree.free.fr/hopactualites.php' for inclusion (include_path='/mnt/100/sda/3/1/droit.dentree/include:.:/usr/php4/lib/php') in /mnt/100/sda/3/1/droit.dentree/hopbas.php on line 35
[Webmestre]

[Fil rss]

[V. 0.7]
Droit d'entrée
Une association de défense des doctorants en sciences humaines et sociales



0014.28

clics / mois.